Blog‎ > ‎Mes lectures‎ > ‎

"1974" d'Arnaud Codeville

publié le 6 sept. 2017 à 04:21 par Gilles Debouverie
1974 est le deuxième roman de Mr Codeville. Je tiens à préciser que je n’ai pas lu le premier.

Le pitch pour commencer : Nous suivons le retour au travail, un peu forcé, de Joël, un flic qui a sombré dans l’alcool suite au décès de sa fille. Ayant une part de responsabilité, les conséquences familiales ont coulé de source, ainsi que la déchéance qui a suivi. Mis sur une affaire un peu prétexte, Joël va se laisser prendre au jeu, creuser plus que prévu, et déterrer une sombre histoire de vengeance post-mortem sous le contrôle d’un démon qui aurait donné naissance à des progénitures suite à des incantations sorties d’un vieux livre de sorcellerie.

J’ai abordé ce livre avec une certaine méfiance, car cet auteur s’autoédite, et j’ai personnellement été trop souvent déçu par l’autoédition. En dehors de l’intérêt des histoires elles-mêmes qui n’est malheureusement pas toujours bien perçu par les éditeurs pros, ceux-ci apportent malgré tout un travail éditorial non négligeable et qui fait souvent la différence.
Ma première constatation est que cette absence d’éditeur ne se fait pas ressentir à ce niveau. Même si nous ne sommes pas dans de la grande littérature, bien sûr (et ce n’est pas ce qu’on attend de ce genre de bouquin), le style, les syntaxes et la qualité de l’écriture sont au rendez-vous. En tout cas, pas assez de choses m’ont choqué pour le mentionner ici.
Le deuxième point concerne le genre. Nous sommes ici dans du fantastique/horreur, un genre littéraire que j’ai visité dans mon jeune temps via énormément Lovecraft et un peu de Poe. Depuis, rien dans mes lectures n’a réussi à me faire frissonner. Pas plus 1974, malheureusement. Cependant, n’étant plus un ado sensible, je n’espérai pas trembler de frayeur en lisant ce livre, et je serais bien curieux de savoir quel bouquin pourrait maintenant avoir cet effet sur moi.

J’ai trouvé l’histoire bien écrite, avec des rouages bien huilés, mais sans grande originalité. Un démon donnant naissance à des jumelles qui vont ouvrir un portail… ça ressemble à pas mal d’histoires (livres ou films). De plus, moi qui suis un grand fan de Lovecraft et admirateur de la mythologie qu’il a créée autour de Cthulhu et des grands anciens, sortir quelques références sans explication, ça m’a un peu perturbé. Yog-Sothoth, ça sonne bien, certes c’est le gardien de l’espace-temps, mais c’est aussi une divinité qui a la capacité de ravager une planète entière…
Il m’a aussi et surtout manqué un bon rebondissement de fin qui m’aurait certainement laissé sur une bonne impression et qui aurait rattrapé l’opinion mitigée.

En conclusion, c’est un livre qui se lit facilement et une histoire fantastique sympathique. Je regrette presque de ne pas avoir choisi le premier opus de cet auteur « La tour de Sélénite ». J’aspire à découvrir une autre histoire de Mr Codeville, car je pense qu’il a le talent de la narration et qu’il peut en sortir quelque chose de vraiment bien.
Comments