Blog‎ > ‎Mes lectures‎ > ‎

"Du feu de l'enfer" de Sire Cédric

publié le 31 mars 2017 à 04:19 par Gilles Debouverie
Je connaissais Sire Cédric à travers son tout premier roman : Angemort, que j’avais d’ailleurs chroniqué à l’époque. Je savais que je ne devais pas rester sur cette première impression. C’est suite à notre rencontre et à notre longue discussion à la librairie de La ruche aux livres que je me suis décidé à lui octroyer cette fameuse seconde chance.

Grand bien m’a pris.
Du feu de l’enfer déroge légèrement du genre habituel de Sire Cédric, puisqu’il nous livre là un thriller dégagé de tout aspect fantastique.

Le pitch : Ariel, un petit escroc amateur, vole une voiture pour un ami spécialisé dans le maquillage et la revente. A l’intérieur de cette voiture, il récupère une mallette contenant un objet de grande valeur. Malheureusement, il ne sait pas qu’il s’est attaqué à une sorte de secte, de société secrète très puissante aux nombreuses ramifications. Ces personnes ayant l’habitude de se réunir pour des rites sataniques sanglants vont tout faire pour récupérer leur bien, semant la mort sur leur passage. Ariel va très tôt impliquer Manon, sa sœur, une thanatopractrice très respectable. Tous les deux vont engager une course poursuite avec ce groupuscule et la police pour tenter surtout de sauver leur peau et accessoirement de les démasquer.

Sire Cédric continue de distiller les scènes d’horreur et de mort sanglante. Il fait monter peu à peu la tension, et la seule interrogation laissée au lecteur est : parviendront-ils à se dépêtrer de cette toile d’araignée inextricable ?
S’il ne nous livre qu’un seul retournement de situation surprenant (même si je dois avouer l’avoir vu venir pour ma part), la puissance de ce roman se trouve dans la pression que l’auteur met peu à peu sur ses deux personnages principaux. Quand autour d’eux tout s’écroule, ils vont réussir à poursuivre, à s’accrocher et à avancer vers un final dantesque et incontournable.

Merci à Sire Cédric pour cette lecture. Il me faudra quand même un jour m’essayer à un titre fantastique pour boucler la boucle.
Comments